Championnats du Monde sur route

Ponferrada (Espagne)

21 - 28.09.2014

LE JOURNAL

28.09.2014  -  Course en ligne U23  

Kwiatkowski champion du monde

La Pologne a l’honneur pour la première fois

Caramba ! Encore raté pour Fabian Cancellara qui a dû observer de derrière le sacre de Michal Kwiatkowski à l’arrivée du championnat du monde sur route. Une petite seconde d’avance sur Gerrans, Valverde et les premiers poursuivants et sept sur l’avavant-garde du peloton et le reste des prétendants. Un chef d’œuvre de la part du jeune Polonais (24 ans) qui a surpris tous les cadors à 6 kilomètres de la ligne et qui a réussi l’exploit de résister magnifiquement pour offrir à la Pologne le premier titre professionnel de son histoire ! 

Un sacre historique, une journée inoubliable qui fera date quand on sait l’attachement des Polonais à leurs champions cyclistes. Jadis ils faisaient la loi chez les amateurs avec les Allemands de l’Est, les Tchécoslovaques et les représentants de l’Union soviétique, entre autres. En 1973, à Barcelone, le puissant Ryszard Szurkowski, grand spécialiste de la Course de la Paix, était devenu champion du monde devant son compatriote Szozda ;  puis en 1974, à Montréal, Janusz Kowalski devant Szurkowski ! En 1985, à Giavera del Montello, ce fut au tour de Lech Piasecki. Enfin en 1989, à Chambéry, succès pour Joachim Halupczok.

Avec Michal Kwiatkowski, la Pologne se découvre un champion en devenir qui s’affirme au fil des saisons et des épreuves. Déjà très en évidence chez les juniors (il est notamment double champion d’Europe et du monde chrono et route 2007 et 2008), il n’a cessé de progresser depuis son passage chez les professionnels (2010 Caja Rural, 2011 RadioShak, 2012 Omega-Pharma-Quick Step), s’affirmant comme un coureur complet aussi à l’aise contre la montre que dans les courses par étapes. Et avaec des qualités de grimpeur qui lui permettent aussi d’être à l’aise sur les terrains accidentés. En attendant les grands cols ?

Vainqueur du prologue des Trois Jours de Flandre occidentale et 2ème du Tour de Pologne 2012, il s’est notamment illustré en 2013 en étant le dernier à résister au retour des favoris Cancellara et Sagan dans le final du Tour des Flandres. Classé 5ème de la Flèche wallonne et 4ème de l’Amstel, champion de Pologne sur route, il a ensuite fini 11ème de son premier Tour de France cette année-là après avoir été à la lutte avec le Colombien Quintana pour le maillot de meilleur jeune. Sans oublier le titre de champion du monde chrono par équipes avec Omega Pharma-Quick Step à Verone.

Une affirmation mais aussi une révélation pour le grand public de juillet qui l’a vainement cherché parmi les protagonistes cette année (28ème) °. Sans doute la conséquence d’un début de saison très chargé (trop ?): vainqueur du Tour d’Algarve devant Contador (deux succès d’étape dont le chrono devant Malori et Toni Martin !) et aussi du Paris-Roubaix italien, les Strade bianche, avec des portions en terre battue, devant Sagan ; 18ème de Tirreno-Adriatico après avoir été leader et longtemps à la lutte avec Contador pour la victoire finale ; encore 2ème du classement final du Tour du Pays basque derrière Contador. Il a ensuite enchaîné les Classiques ardennaises (5ème de l’Amstel, 3ème de la Flèche wallonne, 3ème de Liège-Bastogne-Liège)) et le Tour de Romandie dont il a gagné le prologue, à Ascona. Présenté comme l’un des favoris, il a été distancé lors de l’étape de montagne Le Bouveret-Aigle et a abandonné. Sans doute le prix à payer pour sa grande débauche d’énergie.

Il lui aura fallu une période de récupération et un Tour de France « en dedans » pour que Kwiatkowski retrouve les bonnes sensations et entre dans le cercle restreint des favoris du Mondial espagnol. Bien remis en jambes et en selle par le Tour de Grande Bretagne (2ème), il a confirmè ses qualités et son talent. Mais aussi son instinc de gagneur sur le circuit de Ponferrada où il était difficile de faire la sélection. Incontestablement Kwiatkowski a réussi son pari et l’avenir lui tend les bras.

Bertrand Duboux

° Kwiatkowski effacé cette année, le Tour de France 2014 a révélé son compatriote Rafal Majka, (25 ans). Déjà sixième du Giro en mai, Majka a enlevé deux étapes de montagne, dont celle de Pla d’Adet, et a ramené à Paris le maillot de meilleur grimpeur. Il a ensuite remporté le Tour de Pologne.

Résultats

Fabian Cancellara a pris le 11e rang de la course en ligne des Championnats du monde à Ponferrada.

Les Suisses ont montré le bout de leur nez, et plutôt deux fois qu'une. Malgré une petite équipe composée de trois coureurs, les Helvètes ont pu se mêler aux meilleurs. Michael Albasini s'est particulièrement illustré en travaillant comme une « machine » infatigable pour son capitaine Fabian Cancellara. Danilo Wyss a de son côté servi de « lieutenant » pour Spartacus en restant à ses côtés tout au long de la course.

 

27.09.2014  -  Course en ligne Femmes Elite 

Texte et photos : Swiss Cycling

 Doris Schweizer parmi les meilleures du monde

La course des femmes élites, avec également au programme une distance de 127,4 km, a été caractérisé lors du deuxième tour sur un total de sept, par une grosse chute dans la descente de Mirador qui a décimé la course et qui décident en outre les sortes de l'équipe suisse. La seule à pouvoir l'éviter et rester dans le groupe principal avec les grandes favorites est Doris Schweizer. Schweizer arrive de tour en tour à garder sa position dans le groupe et se montre toujours dans les premières places. Quand les choses se font sérieuses dans le dernier tour, la Suissesse arrive à tenir le rythme. Malheureusement elle n'arrive pas à suivre lors de l'attaque décisive, qui voit la Française Pauline Ferrand-Prevot remporter le titre de championne du monde au sprint, mais elle termine à la bonne 23ème position à 41 secondes de la gagnante.


 
Doris Schweizer est satisfaite de sa course « Je savais que je ne pouvais lutter pour une médaille, mais je suis contente que j'ai su rester avec les favorites et me montrer lors de toute la course.

Les autres Suissesses ont été prises dans la chute initiale : Desirée Ehrler a réussi à se relever assez rapidement, mais dépensent trop d'énergies pour revenir dans le peloton et est vite lâché. Linda Indergand et Emilie Aubry n'ont plus réussi à rejoindre le groupe principal, également pour Nicole Hanselmann.

Résultats

27.09.2014  -  Course en ligne Juniors 

Texte et photos : Swiss Cycling

Gino Mäder manque de peu une médaille

Avec une finale époustouflante, Gino Mäder se mêle avec les meilleurs et rate de très peu une médaille. Doris Schweizer, seule survivante de l'équipe suisse, finit à une très bonne 23ème position.

À Ponferrada s'est déroulée samedi la deuxième journée de courses en ligne des championnats du monde sur route, où l'équipe de Swiss Cycling Team a vécu beaucoup de haut comme beaucoup de bas. La course des juniors, premier rendez-vous de la journée, avec au total 127,4 km répandu sur sept tours, a vu une course très nerveuse avec beaucoup d'attaques des grandes nations. Quatre de cinq coureurs suisses, avec Mario Spengler, Martin Schäppi, Zeno Caminada et Gino Mäder, étaient bien caché dans le peloton. Mais dans la descente finale, c'est justement le dernier des quatre, Gino Mäder, qui attaque et arrive à gagner quelques mètres d'avance. Dans le virage à 500 mètres avant l'arrivé, le russe Kulikowski le rejoint. Mäder se met dans sa roue, mais le Russe ne tient pas le tempo nécessaire. À 100 mètres de l'arrivée, le peloton les reprend et au lieu du Bernois c'est l'Allemand Jonas Bokeloh qui exulte. Gino Mäder termine à la 14ème position finale.

« Vu que je ne suis pas un sprinter, je devais tenter ma chance ainsi. Mais à la fin je n'avais plus d'énergie dans les jambes. C'est dommage, une médaille ce n'aurait pas été si mal » comme ça, une souriante Gino Mäder après la course.
Martin Schäppi termine également dans les premiers vingt à la 20ème position. Zeno Caminada est 36ème et Mario Spengler 49ème. Nico Selenati a malheureusement dû abandonner la course à cause d'une chute.

Résultats