LA CHRONIQUE DE BERTRAND DUBOUX

    
 

 

 

 

Les meilleurs espoirs du cyclisme suisse à Nyon

  Ils sont jeunes et talentueux, ont entre 20 et 23 ans et figurent déjà parmi les meilleurs spécialistes mondiaux de la piste malgré les contraintes liées aux études et à leurs activités professionnelles. Vice-champion du monde de poursuite en mars dernier, le Thurgovien Stefan Küng a encore obtenu la médaille de bronze du madison avec le Vaudois Théry Schir. En 2012, déjà sacrés champions d’Europe juniors de la discipline , tous deux brillaient aussi dans cette catégorie sur les routes du Tour du Pays de Vaud en compagnie du St.Gallois Tom Bohli, futur champion d’Europe et champion du monde junior de poursuite cette année-là !

   Les Romands, avec les autres Vaudois Frank Pasche, Gaël Suter, Cyrille Thièry et Olivier Beer, sont représentés en force dans ce cadre national très prometteur que l’entraîneur Daniel Gisiger prépare avec une belle réussite pour les JO de 2016 à Rio de Janeiro. On peut rêver… En 2013, Küng, Bohli, Schir et Pasche ont été champions d’Europe M23 par équipes. Et depuis, Bohli, Thièry, Pasche et Suter ont établi le nouveau record de Suisse à 4’00 :950, ce qui les fait figurer désormais parmi les six premières nations du monde. Comme cela n’a plus été le cas depuis 1977 lorsque la Suisse, avec Gisiger, Dill-Bundi, Kaenel et Baumgartner, avait battu l’URSS pour la médaille de bronze aux Mondiaux de San Cristobal (Vénézuela) ! Une référence absolue et inoubliable.

   C’est la nouvelle génération du cyclisme suisse, celle de l’après Cancellara dont faisait partie le Zurichois Félix Baur (21 ans), hélas décédé tragiquement à l’entraînement en Espagne fin décembre. Son avenir fait naître de réels espoirs, non seulement sur piste mais aussi sur route, avec encore les deux Valaisans Simon Pellaud, champion de Suisse espoirs, et le grimpeur Valentin Baillifard ainsi que Lukas Spengler, Adrien Chenaux, et Lars Schnyder, entre autres.  L’an passé Théry Schir a gagné notamment le Tour de Nouvelle Calédonie avec plusieurs succès personnels, Frank Pasche le GP Valloton, à Fully, et il n’y a aucune raison que cela s’arrête alors que Nyon accueille les championnats d’Europe M23 et juniors cette année.

   Un rendez-vous que la Suisse organise pour la première fois. C’est inespéré pour cette relève nationale qui aura à cœur de briller devant son public. On pense particulièrement au puissant Stefan Küng, champion de Suisse M23 du contre-la-montre, vainqueur du prologue puis du classement final du Tour de Normandie 2014  et qui s’inscrit parmi les grands favoris  de l’épreuve chronométrée. Mais aussi à Schir, Bohli, voire Gabriel Chavanne. Le pronostic est plus hasardeux concernant la route où l’on devrait retrouver notamment Pasche et Pellaud, lequel a signé une très belle performance au Tour des Flandres M23 (10ème). Le parcours, très roulant, favorise les sprinters et s’annonce un peu comme une loterie.

Daniel Gisiger : « On sera là avec les meilleurs »

   Depuis quarante ans qu’il vit de sa passion, Daniel Gisisger (60 ans en octobre) est toujours aussi motivé qu’à ses débuts. Aujourd’hui entraîneur national de la piste et coach des juniors pour la route, il est à l’origine d’un renouveau sensationnel. Mais il reste aussi très réaliste.

            - Le parcours est fait de petites routes, comme en Belgique et en Hollande, avec des bordures possibles en cas de vent, dit-il. Il faudra rester très concentré, sinon… Les Français, Hollandais, Belges, Italiens, Allemands, Anglais sont très forts. Il faut chercher les favoris parmi eux. Chaque saison, nous avons un ou deux coureurs suisses qui se révèlent au niveau international. Mais il faut être conscient qu’on est grand comme une région de France !

   Malgré ce handicap, la relève actuelle est de grande qualité et l’on souhaite qu’elle puisse le confirmer sur le circuit nyonnais.

            -  Chez les juniors, le Vaudois Martin Schäppi est très fort, Patrick Müller aussi, et plus complet, mais l’an passé il a été battu de trois secondes par Matteo Schneiter pour le titre national du chrono ! précise Gisiger. Jusque là, on a toujours un peu ignoré les championnats d’Europe route et chrono. Car ensuite on doit partir pour les championnats d’Europe sur piste,  à Anadia, au Portugal, cette année. Puis les championnats du monde sur route. Mais cette fois c’est en Suisse et l’on se doit d’être à Nyon avec les meilleurs.

Avec aussi Nico Selenati qui a gagné début avril le Prix Valloton, à Fully ?

Bertrand Duboux, resp. médias